Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 novembre 2008 7 16 /11 /novembre /2008 15:58

ATTENTION, RISQUE DE SPOILERS !

MAGIQUE

Film français

Date de sortie: 22 octobre 2008

Genre: Conte musical  Durée: 1h31  Tous publics

Conseil personnel: Pour toute la famille.

Site officiel

Betty, jeune femme mélancolique, vit seule à la campagne, dans une ferme isolée; avec Tommy, son fils de 10 ans, qui n'a jamais connu son père. L'enfant s'est donc mis en tête que celui-ci est cosmonaute, et Betty ne l'a jamais démenti. Depuis, chaque soir, Tommy regarde le ciel, guettant le retour de son géniteur. Betty, elle, est souvent triste. Tommy voudrait bien que le sourire illumine son visage, mais comment faire ? Jusqu'au jour où il apprend qu'un cirque est de passage en ville. Mais faute de documents administratifs en règle, interdiction de planter le chapiteau ! Certain qu'il détient la solution à son problème, Tommy se jette sur cette opportunité et persuade sa mère d'accueillir le cirque sur leur terrain...

  

MON AVIS:

C'est un peu par hasard que je suis allée voir Magique, après avoir découvert la bande-annonce à la télévision, il y a quelques semaines. Hélas, je dois avouer que j'ai été assez déçue en sortant de la projection; et franchement, en regardant ce conte naïf et familial, je pensais passer un moment vraiment plus... magique (!).

Pourtant, j'apprécie particulièrement ce genre de cinéma, nostalgique et sans prétention, qui émeut avec simplicité; d'autant plus que j'avais beaucoup aimé << Le Papillon >> (2002), le précédent film du réalisateur Philippe Muyl (avec Michel Serrault dans le rôle principal).

Mais je ne sais pas pourquoi, curieusement, Magique ne m'a pas émerveillée et emballée (peut-être parce que je ne m'attendais pas du tout à ce que ce long-métrage soit chanté pendant pratiquement toute sa durée, bien que j'éprouve une immense affection envers les comédies musicales). Néanmoins, je n'irais pas jusqu'à dire que Magique est un mauvais film, loin de là. C'est une jolie histoire pour rêver et oublier un peu les soucis quotidiens.

Les acteurs sont pour la plupart convaincants et jouent leurs rôles avec une générosité évidente. De Marie Gillain, lumineuse en mère célibataire; à Antoine Duléry, drôle en clown farfelu et malicieux; en passant par le chanteur Cali (qui se débrouille plutôt pas mal pour ses débuts de comédien); tous sont très attachants.

J'ai toutefois trouvé que Louis Dussol (le petit garçon) manquait légèrement de charisme, et son jeu m'a parfois paru un peu trop forcé, dénué de naturel, si je puis dire.

Le scénario est - on s'en doute - très prévisible, se résumant un peu à << tout le monde est beau, tout le monde est gentil >>; surtout que la mise en scène traîne en longueur et aurait besoin d'un rythme plus soutenu.

Mais Magique renferme cependant quelques scènes assez touchantes, et est sublimé par une musique aussi apaisante que poétique. L'intrigue étant en outre située dans des décors de rêve (je me demande d'ailleurs où ce film a été tourné, car les paysages sont absolument superbes).

  

EN BREF:

Globalement, Magique constitue un divertissement gentillet et bon enfant, plein de fraîcheur et de tendresse. A l'heure où les écrans français sont envahis par des films à gros budget, Magique sort du lot et il faut reconnaître que ça fait plaisir à voir, même si personnellement, j'espérais davantage de la part de cette oeuvre.

K.H.

/>


Partager cet article
Repost0
11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 15:50

ATTENTION, RISQUE DE SPOILERS !

A L'EST D'EDEN (East of Eden)

Film américain

Date de sortie: 1 octobre 1955  Date de reprise: 20 août 2008

Genre: Drame  Durée: 1h50  Tous publics

Conseil personnel: Pour adolescents et adultes.

Disponible en DVD et VHS

1917, dans la petite ville de Salinas Valley, en Californie. Adam Trask, homme austère et sévère, exploite ses terres, aidé par ses deux fils; Aron, garçon exemplaire et dévoué, fils préféré d'Adam, bientôt fiancé à la jolie Abra, une jeune fille qui a vécu une enfance tourmentée; et Cal, rebelle solitaire et violent avec lequel Adam ne s'est jamais compris. Les deux frères croient que leur mère est morte. Jusqu'au jour où Cal découvre que celle-ci est bel et bien vivante et vit recluse dans une maison close. Dès lors, les rapports - déjà très tendus - entre Cal et son père vont se dégrader encore davantage au fil des jours...

  

MON AVIS:

Je découvre actuellement James Dean et c'est un pur bonheur, une révélation inattendue, un coup de coeur énorme envers un formidable comédien que je ne connaissais jusqu'ici que de nom. Si << La fureur de vivre >> (que j'ai découvert il y a quelques semaines) m'avait déjà beaucoup impressionnée et troublée, je dois dire que A l'Est d'Eden, réalisé par Elia Kazan en 1954, m'a carrément secouée et bouleversée au plus profond de moi-même.

A travers ce vibrant long-métrage, le cinéaste américain adapte à l'écran le roman éponyme de John Steinbeck et revisite le mythe biblique de Caïn et Abel en le transposant brillamment dans le contexte ardu et éprouvant de la Première Guerre Mondiale. Période horrible de notre Histoire où les soldats partaient au combat en chantant joyeusement, sans connaître toute l'ampleur de ce massacre qui dura quatre longues années et au cours duquel périrent près de 9 millions d'hommes.

James Dean (dont c'est ici le premier grand rôle, rappelons d'ailleurs que Paul Newman fut un temps pressenti pour incarner le personnage de Cal) apporte un sens à l'expression << crever l'écran >>. Donnant tout, laissant éclater au grand jour toute l'étendue de son immense talent, il ne se contente pas seulement de jouer son rôle mais le vit; nous livrant une composition extraordinaire, riche en intensité et en sensibilité.

Mais le film ne repose pas uniquement sur ses épaules, puisque James Dean est effectivement secondé par d'excellents acteurs: que ce soit Raymond Massey, magistral en père impassible; Julie Harris, attachante en jeune fille un peu paumée; Richard Davalos, parfait en fils modèle; ou encore Jo Van Fleet, inoubliable en mère désoeuvrée; tous se renvoient la balle avec talent et justesse.

Le scénario, quant à lui, est on ne peut plus captivant et poignant. Il est en effet bien difficile pour le spectateur de ne pas se sentir submergé par l'émotion en découvrant l'histoire de ce fils révolté et déchu qui tente par tous les moyens de gagner l'affection de son père, et celui qui n'a pas la larme à l'oeil en regardant ce film doit être bien insensible. La scène où James Dean veut offrir l'argent à son père est particulièrement déchirante et très puissante sur le plan émotionnel.

Mais on le sait, Elia Kazan est un dramaturge virtuose, et cela se ressent dans sa mise en scène superbe et remarquable. Il n'a pas son pareil pour nous conter cette histoire de famille et d'amour. Avec en prime la beauté des paysages et la grandiose musique de Leonard Rosenman.

  

EN BREF:

Désormais, une chose est sûre: James Dean, lui, est à jamais entré dans mon coeur de spectatrice et de cinéphile. Et il est très loin d'en ressortir. A présent, il me tarde de découvrir << Géant >>, son dernier film.

K.H.

NOMINATIONS ET RECOMPENSES PRINCIPALES:

A l'Est d'Eden a été nominé 4 fois aux Oscars (dans les catégories meilleur réalisateur pour Elia Kazan, meilleur acteur pour James Dean, meilleur second rôle féminin pour Jo Van Fleet et meilleure adaptation pour Paul Osborn). Il n'a finalement obtenu qu'un seul Oscar, celui du meilleur second rôle féminin.

Ce film a également été récompensé par le Golden Globe du meilleur film dramatique et par le Prix du film dramatique au Festival de Cannes 1955.

 

 

 

Partager cet article
Repost0