Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 novembre 2010 5 19 /11 /novembre /2010 08:31

Deux monstres employés à récolter des cris d'enfants se prennent d'affection pour une fillette, qui a inversé les rôles en pénétrant dans leur monde.

La cité de Monstropolis est peuplée de monstres de tous acabits. Parmi eux, Jacques Sullivan - dit Sulli -, monstre cornu de 2m40 de haut à la fourrure bleu-vert tachetée de violet; et son pote Robert Razowski - dit Bob -, drôle de mini-cyclope vert; tous deux employés chez Monstres & Cie, une usine d'extraction de cris d'enfants, principale source d'énergie de la ville. Des hurlements recueillis la nuit en pénétrant dans les chambres des bambins, par le biais de portes de placards magiques. C'est ainsi qu'une nuit, Sulli découvre, effaré, que Bouh, une petite fille, est entrée dans Monstropolis grâce à l'une de ces portes magiques. Les monstres croyant les humains toxiques, Sulli doit impérativement ramener Bouh chez elle. Avec l'aide de Bob, il va s'atteler à cette tâche pour le moins délicate et plus dangereuse qu'il n'y paraît...

Avis:

J'ignore si c'est à cause de la réalisation, prenante et magistrale à tous les points de vue; du scénario, intemporel et universel dans son thème et son message; de l'animation, magnifique et fourmillant de détails; des personnages, tellement réalistes et attachants qu'on voudrait ne jamais les quitter; ou à cause justement de la combinaison de tous ces éléments qui firent le succès et la réussite de ce film, quatrième long-métrage des studios Pixar; mais je le dis sans honte, MONSTRES & CIE est une œuvre qui m'a profondément bouleversée et émue aux larmes lorsque je l'ai (enfin !) découverte il y a une quinzaine de jours, lors de sa première diffusion en clair, sur TF1 (et oui, ayant eu une enfance bercée par les films Disney - les vieux Disney, je précise ! -, c'est donc sur le tard que j'ai découvert, les uns après les autres et dans le désordre le plus total, les films Pixar). Et pourtant, j'ai depuis belle lurette déjà passé l'âge des dessins animés !... Seulement voilà: à la différence des productions Disney, qui se destinent à tous mais dont la cible principale reste tout de même les enfants (bah oui, il faut bien l'admettre... même si, personnellement, je n'ai absolument rien contre Disney, bien au contraire !...); les productions Pixar, elles, s'adressent aussi bien aux enfants qu'aux adultes, aux jeunes... qu'aux moins jeunes (!). Plusieurs raisons à cela. Tout d'abord, un scénario toujours très poussé, dont l'intelligence et l'originalité n'ont d'égales que la richesse et la maturité de la réflexion qui s'ensuit. Puis, un humour souvent assez proche de la dérision et du clin d'œil, lisible à différents niveaux d'âge, selon que l'on soit enfant ou adulte. Enfin, une animation toujours au top, qui allie à la fois prouesse technologique et beauté plastique. Sans oublier, naturellement, toutes les autres qualités secondaires (à savoir des personnages souvent hauts en couleur, un doublage souvent prestigieux en VF comme en VO, ou encore toute une palette de sentiments - nostalgie, mélancolie, noirceur... - rarement exprimée dans un dessin animé...) qui ont contribué à faire de Pixar le maître absolu de l'animation en images de synthèse. Une place enviable que le géant américain n'est visiblement pas près de quitter de sitôt, lorsqu'on voit l'extraordinaire tour de force de son dernier bijou, TOY STORY 3. MONSTRES & CIE (MONSTERS, INC. en VO), qui date de 2001 et signé Pete Docter (co-réalisé par David Silverman et Lee Unkrich), ne déroge évidemment pas à la règle; conjuguant virtuosité scénaristique, humour joyeusement loufoque et animation parfaite; tout en mettant en scène des personnages fascinants, qui nous ramènent lentement à notre enfance et à notre imaginaire enfantin, avec sa peur du noir et des monstres dissimulés sous le lit ou... dans les placards (!). En ce sens, par son scénario et ses thèmes, MONSTRES & CIE est justement très proche du premier TOY STORY, lequel était déjà très axé sur le monde de l'enfance et son imaginaire. Les rebondissements et les poursuites abondent, de même que les gags, hilarants et irrésistibles; dans ce film au rythme trépidant, qui alterne audacieusement action, suspense, fantaisie, créativité, drôlerie, tendresse et émotion; tout en nous offrant de spectaculaires morceaux de bravoure (la traversée haletante des innombrables portes magiques, notamment), aujourd'hui devenus cultes. Si Sulli et son inséparable acolyte Bob forment un tandem comique des plus croustillants, de même que toute la joyeuse troupe de monstres qui les entourent, la palme du meilleur personnage de MONSTRES & CIE revient sans conteste à la petite Bouh (laquelle semble d'ailleurs préfigurer le futur personnage de Bonnie, l'adorable fillette à qui Andy confie ses jouets, dans TOY STORY 3). Comment en effet ne pas fondre devant sa frimousse craquante et son charabia enfantin incompréhensible, mais plein de vie, de joie, d'amour ?... Avec Bouh, les animateurs de Pixar ont tout simplement imaginé l'un des personnages humains les plus attachants et les plus touchants de toute leur œuvre. Et, sur la fin (quelle fin, au passage !), l'amitié indéfectible de Bouh envers Sulli (Sulli qui, au final, apparaît plus comme une espèce de gros nounours au cœur tendre qu'un monstre pur et dur) est de celles qui vous prennent directement à la gorge et vous ramènent droit au pays de l'enfance et du rêve.

Hormis peut-être quelques légères réserves quant à un début extrêmement (trop ?...) mouvementé et à l'inverse, une seconde partie plus lente; et des personnages secondaires parfois trop stéréotypés et prévisibles (le personnage du méchant, notamment), MONSTRES & CIE demeure par ailleurs l'un des films les plus aboutis et les plus riches de Pixar. En résumé, MONSTRES & CIE est à l'image même de son propos et de son univers: monstrueusement génial ! Une suite est d'ailleurs attendue pour 2012.



Partager cet article
Repost0

commentaires

K
Ca faisait longtemps que je n'etais pas venu voir mon petit lapinou !<br /> Un petit message du Cambodge, ou je passe mes dernieres heures, puisque je rentre demain.<br /> En ce qui concerne Monsters...c'est tout simplement mon prefere de Pixar avec Toy Story 3, et comme toi, oui, j'ai verse ma petite larme aussi, tellement la petite "Bouh" est attachante (tout comme l'est Bonnie dans Toy Story 3 d'ailleurs) Cette facon qu'elle a d'appeler Sully "Minou" m' emeut a chaque fois.<br /> Je constate donc avec plaisir que tu apprecies cet opus de Pixar...et encore tu l'as vu sur TF1, qu'est-ce que ce sera si tu le vois en Blu-ray ??? Encore plus magnifique et detaille.
D
Un très bon Pixar meme temps je ne sais pas comment ils font mais à chaque nouvelle sortie c'est encore plus fort que le précédent ! Comme d' habitude bonne critique car du coup j'ai envie de le revoir.