Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 janvier 2010 4 14 /01 /janvier /2010 15:44

ATTENTION, RISQUE DE SPOILERS !

L'HISTOIRE SANS FIN (Die Unendliche Geschichte)

Film allemand, américain

Date de sortie: 21 novembre 1984

Genre: Conte, fantastique, aventures  Durée: 1h30  Tous publics

Conseil personnel: Pour toute la famille.

Disponible en DVD et VHS - Couleur

Depuis la mort de sa mère, Bastien, 10 ans, s'est replié sur lui-même et s'est bâti un monde imaginaire nourri des romans d'aventures qu'il dévore. Un jour, il découvre dans la librairie du vieil excentrique Mr Koreander un livre richement relié et intitulé << L'histoire sans fin >>, qu'il dérobe. Après s'être enfermé dans le grenier de l'école, il en commence la lecture. Dès les premières pages, Bastien se sent entraîné dans l'univers merveilleux du Pays Fantastique...

  

LA CHRONIQUE DE KLEINHASE:

Il était une fois, il y a de nombreuses années de cela, un romancier de génie qui s'appelait Michael Ende et qui écrivit un beau jour un livre merveilleux, qu'il baptisa << L'histoire sans fin >>. Il était une fois, à peine quelques années plus tard, un cinéaste de grand talent, répondant au nom de Wolfgang Petersen, et qui eut un beau jour l'envie et la brillante idée de tirer une adaptation cinématographique de ce bouquin. Il était une fois, peu de temps après, un long-métrage enchanteur intitulé L'histoire sans fin et qui n'allait pas tarder à devenir LE film culte de toute une génération de spectateurs.

Il était une fois de nombreuses (très nombreuses !...) années plus tard une spectatrice passionnée de cinéma, répondant au nom de Kleinhase, qui découvrit un beau jour L'histoire sans fin et qui, à la vue de ce superbe film d'héroïc fantasy, se sentit à son tour irrésistiblement transportée au pays des contes de fées, au pays de l'enfance, au pays de Fantasia, dont les rêves et les espoirs des hommes constituent la fondation principale. Mais depuis quelques temps déjà, Fantasia est victime d'un mal étrange, d'un mystérieux Néant (sorte de grand vide qui se forme peu à peu parce que les hommes ont oublié de rêver et, par conséquent, d'espérer) qui, aidé par une Créature de l'Ombre (le Gmork, espèce de loup-garou aux yeux verts diaboliques et à la mâchoire dangereuse), détruit tout.

Afin de combattre ce Néant, l'Impératrice de Fantasia sollicite le courage d'un jeune et valeureux guerrier, répondant au nom d'Atreyu. L'avenir de Fantasia repose désormais sur les frêles épaules de ce garçonnet, dont l'apparence à priori enfantine n'a pourtant d'égale que la bravoure et la ruse d'un homme. Une cascade de péripéties (toutes plus imprévisibles les unes que les autres) et d'incroyables rencontres attendent Atreyu.

Il était une fois, à des milliards de kilomètres de là, dans un tout autre monde appelé réalité (monde qui a ses limites, contrairement au monde de l'imagination qui, lui, est sans frontières...) un petit garçon de 10 ans, Bastien, qui en lisant et en découvrant les multiples exploits accomplis par Atreyu, eut peu à peu l'impression de cheminer à ses côtés et de vivre son aventure, au même moment, à la même seconde. Tout simplement, il était une fois une formidable usine à rêves, appelée cinéma, qui avait (et qui a toujours, d'ailleurs !) l'étonnant pouvoir de transformer les récits les plus fous en de surprenantes réalités, dans lesquelles le spectateur voudrait parfois se projeter. Être à la place de Bastien, ce jeune garçon introverti et triste passionné de lecture et qui entre un jour dans un livre aux pouvoirs magiques, qui n'en a pas déjà rêvé, ne serait-ce qu'une seule fois ?...

C'est bien ce qui fait toute la magie et toute la singularité de L'histoire sans fin, sorti dans les salles en 1984 (plus de vingt ans déjà... on a du mal à le croire !). Le réalisateur Wolfgang Petersen peut se féliciter d'avoir réussi un sacré tour de force, en faisant non seulement rentrer le spectateur dans la peau (et l'imagination !) de Bastien, le jeune lecteur, mais surtout en le faisant rentrer dans le livre que Bastien découvre en même temps que nous.

C'est donc un double, je dirais même un triple tour de force dont Petersen peut se vanter, ayant réussi à nous faire rentrer à la fois dans la peau de Bastien, dans son livre, mais aussi dans la peau d'Atreyu, le jeune guerrier dont Bastien découvre les extraordinaires aventures grâce à ce livre fascinant. Déjà trois bonnes raisons de voir L'histoire sans fin si vous ne le connaissez pas encore !

Pour ce qui est de l'interprétation, Wolfgang Petersen a su trouver en la personne de Barret Oliver le Bastien idéal. Tour à tour mélancolique, attachant, effrayé, surpris et surprenant, le comédien en herbe livre une composition plutôt remarquable (peu de jeunes acteurs parviennent à être aussi justes sans tomber dans la caricature) et pleine de sensibilité, et l'on s'identifie très facilement à lui.

Et en décidant de confier le rôle d'Atreyu, le jeune guerrier sans peur et sans reproche qui risque plusieurs fois sa vie pour sauver Fantasia, à l'adorable Noah Hathaway, Petersen a encore une fois fait preuve d'un excellent flair. Sans forcer son jeu ni son charisme (reconnaissons qu'il est effectivement bien charmant, ce garçon !), Noah Hathaway réussit à nous convaincre tout en restant très naturel (ce qui mérite à nouveau d'être salué) et incarne magnifiquement un jeune héros (qui n'est pas sans rappeler des personnages légendaires, tels que Robin des Bois ou Lancelot, par exemple), qui a lui aussi ses faiblesses et ses doutes. Le fait que ce héros justement, Atreyu, soit un enfant, est d'ailleurs très amusant à souligner, car quelque part, ça nous ramène un peu à notre enfance... qui d'entre nous, gamin, ne s'est jamais pris pour un grand héros issu de la littérature, du cinéma ou de sa propre imagination ?... Magistrale aussi, dans un rôle pourtant très court (elle incarne l'Impératrice de Fantasia), l'inoubliable Tami Stronach, en princesse de rêve, illumine l'écran de par sa beauté rayonnante et sa candeur encore enfantine. Quant aux seconds rôles, ils se révèlent - chacun dans leurs genres - absolument fabuleux.

Captivant de bout en bout, le scénario alterne habilement l'invitation à la féerie et l'invitation à la réflexion, nous faisant réfléchir avec beaucoup de subtilité au besoin quasi vital qu'a l'homme de rêver et sur la place du rêve dans nos vies... nos vies qui n'ont parfois rien d'un rêve (mais comme le dit si bien le proverbe: << Si on avait la vie qu'on rêve, on rêverait de la vie qu'on a >>... à méditer !).

Une réflexion passionnante qui trouve tout son sens lors de l'étonnante fin (car oui, il y a bien une fin à cette histoire, contrairement à ce que laisse penser le titre !), qui clôt ce film sous la forme d'une fulgurante apothéose. On notera également la jolie qualité des effets spéciaux (effets spéciaux qui, pour une fois, se mettent vraiment au service de l'intrigue et du merveilleux, et non l'inverse, comme c'est trop souvent le cas dans les productions plus actuelles...), qui n'ont pas vieillis et s'avèrent assez impressionnants pour l'époque (n'oublions pas que ce film date des années 80... ce qui signifie que les trucages numériques n'étaient pas encore nés). Le tout sublimé par des paysages au caractère grandiose et une éblouissante photographie (le générique de début justifie le coup d'œil à lui tout seul !), et renforcé par une musique majestueusement envoûtante (aux notes parfois très mystiques) que l'on doit aux compositeurs talentueux que sont Klaus Doldinger et Giorgio Moroder (merci à eux pour cette extraordinaire bande son... le film est à la fois un régal pour les yeux, mais aussi pour les oreilles !).

En tout cas, je n'ai jamais (mais alors jamais !) été portée sur la lecture (à part des revues, des BD et un ou deux romans qui font vraiment figure d'exception !) et je ne connais pas du tout le roman éponyme de Michael Ende dont ce long-métrage s'inspire (ce long-métrage que Ende n'aurait d'ailleurs pas beaucoup apprécié - je me demande bien pourquoi ! - refusant que son nom apparaisse au générique... il y apparaît quand même, cela dit !...), mais si il y a bien une chose que je peux vous dire avant de terminer, c'est que ce film, justement et contre toute attente, m'a furieusement donné envie de lire ce roman, et j'espère donc pouvoir m'y mettre très prochainement (en espérant aussi, si je commence à le lire, que ce sera en entier... ce qui n'est pas non plus gagné, ayant déjà eu - à plusieurs reprises - cette fâcheuse habitude de commencer un bouquin et de m'arrêter bien avant la fin, le plus souvent par flemme... que voulez-vous, nul n'est parfait !...).

J'espère également pouvoir visionner quelques unes des nombreuses suites qui ont été données à ce film. Même si, d'après les différentes critiques que j'ai pu lire ici ou là, ces suites n'ont ni la valeur, ni la saveur, et encore moins la magie de ce premier opus... Qu'importe, j'espère tout de même en voir au moins une, ne serait-ce qu'une fois, par curiosité. Et vous qui êtes en train de lire ces lignes et qui connaissez peut-être déjà L'histoire sans fin et ses suites, que me conseilleriez-vous ?... De me contenter uniquement de ce premier épisode ?... Ou de voir aussi ses successeurs, juste histoire... bah, de les voir, histoire de me faire ma propre opinion ?... Qu'en pensez-vous, hum ?...

  

EN GUISE DE CONCLUSION:

L'histoire sans fin est tout à fait le genre de film que l'on n'a pas envie de quitter (mais alors pas du tout envie !) et qui, au final, nous laisse repartir avec des étoiles plein les yeux et plein l'esprit. Du grand et beau spectacle, au service d'un message généreux et plus profond qu'il n'y paraît, et que je recommande aussi bien aux petits (pas trop petits, quand même... certaines scènes sont susceptibles d'effrayer les plus jeunes) qu'aux plus grands. Certes, les plus grands auront peut-être un peu plus de mal à adhérer pleinement à l'histoire, car pour cela, il faut évidemment accepter d'oublier la réalité qui nous entoure (ce qui, entre nous, n'est pas tellement compliqué, si on le désire vraiment...) afin de retrouver son âme éternelle d'enfant pendant 90 minutes de pur émerveillement. 90 minutes qui s'écoulent à une vitesse folle sans qu'on les voient jamais défiler... à peine le temps d'être totalement happé par le rêve qu'il s'achève déjà !... Mais c'est probablement aussi pour cette raison que l'on a immédiatement l'envie irrésistible de revoir ce film, sitôt le générique de fin passé... Y a pas d'doute: rêver, ça fait franchement du bien, et avoir la tête dans les nuages, c'est de temps en temps bien agréable !... Z'êtes pas d'mon avis, vous autres ??...

K.H.



Partager cet article
Repost0

commentaires

K
Salut mon p'tit lapinou...<br /> Je reviens t'embêter sur L'histoire sans fin, car je viens de faire un article sur le Blu-ray de Warner.<br /> Si le coeur t'en dis, tu es la bienvenue pour y laisser un petit com ;-)
K
Tiens donc...L'histoire sans fin sort en Blu-ray, au mois d'avril pour moins de 15 euros !!! <br /> Au fait....c'était bien Legend ??? :-D
K
Ah...j'allais justement te demander si tu avais vu Legend ;-)<br /> Je vois que non...et c'est pas bien !!!! Auquel se rajoute donc La couleur pourpre...sérieusement il faut absolument te débrouiller pour voir ce fabuleux film de Spielberg. Tu ne seras que comblée par cette oeuvre unique, mais attention....prépare ta boîte de mouchoirs en papier car il se pourrait que ce soit les chutes du Niagara à deux moments du film. Il est possible que tu ne veuilles plus rendre la K7 vidéo par la suite tellement tu voudras garder ce film.<br /> Je te conseille également le bouquin (comme dit Dany Boon....Il faut liiiire !!!) qui devrait probablement être dispo à ta bibliothèque, vu qu'il a eu quand un beau succès librairie.<br /> Ben dis donc...ça en fait des films à voir et des livres à lire ;-) !!!
K
En réponse à Kschoice (2)Subjuguée... et bien plus encore ;-)<br /> L'édition de "L'histoire sans fin" que j'ai empruntée à la médiathèque était également illustrée... à chaque nouveau chapitre, une illustration en noir & blanc, en accord avec le dit chapitre... cela rajoute au charme de ce roman fleuve qui, au même titre que le film de Petersen, restera pour moi un énorme coup de cœur (et je pèse mes mots !). Chef-d'œuvre cinématographique, chef-d'œuvre littéraire, les deux œuvres se complètent à merveille, chacune possédant une magie qui lui est propre... même si le roman surpasse légèrement le film en terme d'émerveillement et de réflexion.<br /> Il est vrai que ce projet d'une nouvelle adaptation cinématographique de "L'histoire sans fin", si je reconnais qu'il attire ma curiosité, m'inquiète un peu également, car si il est fait par les Américains, j'ai peur que ça sente un peu trop le "made in Hollywood"... Ne jugeons pas trop vite cependant, on ne sait jamais, et puis pour l'instant, ce projet semble encore rangé dans les tiroirs... on verra bien. Pour les effets spéciaux, le fait qu'ils aient pris un petit coup de vieux ne me pose pas de problème, car je trouve justement que ça fait plus... "vrai", "authentique"; même si j'aime aussi assez ce qui peut se faire aujourd'hui niveau trucages... la 3D est quand même une sacrée belle invention, il faut l'admettre :-D<br /> Dommage effectivement que ta médiathèque n'ait pas voulu prendre tes DVD, surtout si ce sont des DVD de films aussi excellents que "Ghost", qui m'émeut aussi beaucoup à chaque vision (mince alors, on est trop sensibles à ce que je vois ! :-)). De mon côté, je ne sais pas si ma médiathèque accepterait de prendre des DVD ou VHS provenant de ma collection personnelle, je n'ai jamais essayé, car j'ai l'habitude de tout revendre par Internet, à bas prix... et quand il n'y a pas d'acheteurs, hop, direct to Emmaüs... au moins, je suis sûre que y aura bien quelqu'un qui en profitera, tôt ou tard !...<br /> À propos de "La couleur pourpre", j'ai effectivement vu le super article que tu as consacré à ce film, mais je me suis bien gardée de le lire (bon, ok, c'est pas tout à fait vrai: j'ai lu quelques lignes... :-)) car, ça va sans doute te surprendre Kschoice, mais (pour l'instant, du moins !) je n'ai pas vu ce film. Ce qui ne saurait tarder cela dit, car il se trouve qu'un proche avait précieusement enregistré et conservé ce film sur VHS, il y a déjà quelques années...<br /> Bref, comme tu peux le constater Kschoice, j'ai encore beaucoup - trop ! - de films à découvrir, comme par exemple "Taxi Driver", que tu évoques dans ton commentaire, ou encore... "Legend"... je n'arrive déjà pas à regarder les films que je me promets de voir depuis plus d'un an... bouh, la vie est dure :-D
K
Eh bien oui en effet, ça c'est de la réponse !!!<br /> Pour celui qui en doutait encore, tu as bien été subjuguée par ce film.<br /> Chapeau en tous cas pour avoir eu le courage d'avaler le pavé d'Ende. Il existe plusieurs éditions, donc le nombre de pages varie inévitablement. Celle que je possédais étaient également illustrée en plus du roman, ce qui prenait forcément beaucoup plus de place.<br /> Par contre je n'étais pas au courant pour la nouvelle adaptation...je reste cependant assez dubitatif sur l'utilité d'un remake. Tout dépend par, et avec qui bien sûr, mais il me semble que le film est très bien tel quel. Certes, il a pris un coup de vieux...à l'époque, les effets digitaux n'existaient pas encore et aujourd'hui ils font pale figure à côté de ce qui se fait aujourd'hui.<br /> Mais c'est aussi ce qui fait son charme. Il semble que les américains (je suppose que le remake sera US, véritable spécialité chez eux) n'aient pas retenues les nombreuses leçons des remakes ratés et ridicules qui fleurissent chez eux.<br /> Je doute également qu'ils trouvent une princesse aussi hypnotisante et un Atreyu aussi charismatique. <br /> Pour ce qui est de Tom Cruise dans legend...oui en effet Cruise n'est pas un acteur immensément talentueux et fait plutôt office de minet la plupart du temps, quoique dans Lions & agneaux de Redford, il est bluffant et semble avoir muri côté jeu d'acteur.<br /> Dans ce film, il fait encore plus minet puisqu'il est tout jeune, mais si ta médiathèque le possède, n'hésites pas...sinon je vais envahir ton blog de coms pour savoir si tu l'as vu ou pas...c'est toi qui voit ;-)<br /> J'ai aussi une médiathèque chez moi, j'y suis allé aujourd'hui pour reprendre des DVD (THX 1138 et Taxi Driver) mais aussi pour leur donner des films que j'ai rachetés en Blu-ray...plutôt que de les vendre pour à peine 2 ou 3 euros, je voulais en faire profiter un plus grand nombre.<br /> Malheureusement, la responsable m'a expliqué que légalement ils ne pouvaient pas accepter car ils doivent payer un droit locatif forfaitaire pour chaque DVD prêté...j'ai forcément été déçu car je voulais leur refiler Ghost. Ils ne l'avaient pas et je voulais donner l'occasion à ceux ou celles qui n'avaient pas vu ce film de pouvoir le découvrir.<br /> Mélo fleur bleue larmoyant, c'est pourtant un film que j'aime profondément et qui me fait à chaque fois verser ma petite larme. Tant pis :-(<br /> En tous cas ne t'excuse pas de la longueur de ton commentaire, je peux comprendre ça puisque je fais la même chose chez Goodfeles ou sur mon blog...J'ai pour consigne de répondre à chacun qui aura pris le temps de lire un de mes articles et de laisser quelques lignes, que ce soit dans mon sens ou pas, peu importe, l'important est de partager les avis, d'en discuter, et toujours dans le respect de l'autre bien évidemment.<br /> Puisqu'on parlait de films qui font pleurer, je suis pratiquement sûr que tu as dû voir La couleur pourpre de Spielberg...je viens d'écrire un pavé sur ce monumental morceau de cinéma...je t'invite donc à venir en discuter avec la passion qui semble nous animer tous deux ;-)
K
En réponse à KschoiceCher Kschoice,<br /> <br /> "Petit lapinou" (ouh, que c'est mimi :)) est sincèrement ravie de voir que tu partages le même avis au sujet de ce film sublime qu'est "L'histoire sans fin". D'ailleurs, je ne sais pas pourquoi (et tu me croiras si tu veux, Kschoice, mais je te garantis que c'est vrai... c'est bien ce qui est le plus étrange, justement), lorsque j'ai mis en ligne cette chronique, quelque chose me disait que tu viendrais probablement réagir dessus dans les semaines qui suivraient sa publication... Prémonition ?... Je n'en sais rien, mais c'est en tout cas avec plaisir que j'ai lu ton commentaire et y réponds aujourd'hui (c'est plus fort que moi !). Mais revenons à nos moutons :)<br /> Me concernant, je dois dire que je n'ai jamais été attirée par l'héroïc fantasy, et c'est donc avec un certain scepticisme mêlé de crainte que je me suis néanmoins décidée, en décembre dernier, à emprunter le DVD de "L'histoire sans fin" à la médiathèque de ma ville, sachant que ce film figurait parmi les "incontournables" (comme on dit) que chacun doit avoir vu au moins une fois dans sa vie. Et puis est venu ce jour inoubliable où d'une main légèrement tremblante et hésitante, j'ai inséré le DVD dans mon lecteur, sans savoir encore que j'allais découvrir l'un des plus beaux films que le 7e Art a pu nous offrir au cours de ces vingt dernières années. L'appréhension qui me tenaillait un peu au début s'est peu à peu envolée à mesure que le film avançait, laissant finalement place à un émerveillement immense que je n'avais pas ressenti depuis un certain temps déjà. Bon, je ne vais pas en dire davantage, car j'ai déjà tout mis dans mon article, mais il est clair que "L'histoire sans fin" reste pour moi un énorme coup de cœur en même temps qu'une très bonne surprise, et je crois que je pourrais encore en parler pendant des heures si je ne me retenais pas !<br /> Du coup, et dans la foulée, j'ai également découvert depuis "L'histoire sans fin II", réalisé par George Miller en 1989. Effectivement, même si ce film n'est pas non plus un navet total (contrairement à ce que j'ai pu lire ici ou là), il n'arrive cependant pas à la cheville du film de Petersen et se situe un grand niveau en dessous. D'autant que l'histoire (qui s'inspire donc de la seconde partie du roman) est traitée sur un mode assez enfantin (alors que le premier film, même si il se destinait principalement aux enfants, était bien plus adulte dans son approche de la réflexion) et surtout trop larmoyant (dans certains films, le larmoyant ne me gêne pas, mais là... en outre, le premier film parvenait à émouvoir de façon très sobre et naturelle, sans jamais flirter avec le larmoyant facile ou les bons sentiments...), qui agace plus qu'autre chose. Reste les effets spéciaux, impressionnants (bien que trop visibles dans certaines scènes), la musique, jolie (quoique, j'ai une petite préférence pour celle du premier film...), et les acteurs, qui s'en tirent plutôt bien dans l'ensemble (à mon goût toutefois, Noah Hathaway composait un Atreyu bien plus convaincant et attachant, à la fois charmant et charmeur... oups, je m'égare, là !!!...).<br /> À propos du livre, je n'ai pas pu contrôler mon impatience et donc, dans la foulée également, tout juste un mois après avoir vu le film, je me suis précipitée à la médiathèque où j'ai mes petites habitudes et ait emprunté sans tarder le roman. Voilà plus de trois semaines que je suis plongée dedans, je suis pratiquement rendu à la fin (à l'heure où j'écris ces lignes, il me reste deux chapitres à lire), et je dois dire que cela me brise vraiment le cœur d'arriver au terme d'une lecture aussi passionnante (car évidemment plus complète que le film, comme tu le dis très bien), certes longue (quoique, l'édition que j'ai empruntée ne fait "que" 535 pages... plutôt pas mal pour quelqu'un qui n'aime habituellement pas bouquiner !), mais vraiment passionnante de bout en bout et constamment surprenante. Un livre d'une richesse, d'une puissance et d'une imagination incroyables, qui nous ramène dans ce pays merveilleux et intemporel qu'est le monde de l'enfance. Un monde que l'on voudrait ne jamais avoir quitté... nostalgie, quand tu nous tiens...<br /> D'ailleurs, je ne sais pas si tu es au courant, Kschoice, mais j'ai récemment lu sur Allociné qu'une nouvelle adaptation cinématographique de "L'histoire sans fin" devrait apparemment voir le jour prochainement. Pour l'heure, le nom du réalisateur et des acteurs sont encore inconnus, mais j'espère en tout cas qu'ils trouveront un metteur en scène qui sera capable de livrer sa propre vision du bouquin sans chercher à copier le long-métrage de Petersen (car au fond, ce serait là tout l'intérêt de faire une nouvelle adaptation), et surtout, qu'ils trouveront des acteurs à la hauteur, capables d'endosser les différents rôles avec conviction tout en restant naturels. Quoiqu'il en soit, si cette "relecture" du roman se fait un jour, je serais assez curieuse de voir ce que ça pourrait donner, ne serait-ce simplement que pour les technologies modernes, qui devraient permettre de créer des effets spéciaux beaucoup plus spectaculaires que ceux vus dans le film de Petersen (à condition bien sûr que les trucages soient totalement dévoués au scénario et se mettent pleinement à son service...).<br /> Enfin, pour ce qui est de "Legend" (film, là encore, que je ne connais que de nom... mais je me suis déjà renseigné pour savoir de quoi est-il question !), merci pour le conseil, j'essayerai donc de le voir le plus rapidement possible si je ne veux pas me faire harceler :) Seule chose qui m'inquiète un peu dans ce film: Tom Cruise... bah oui, pardon pour les fans, mais je dois admettre que, personnellement, je ne porte pas vraiment cet acteur dans mon cœur (c'est plus physique qu'autre chose, je pense...). Cela dit, je tâcherai quand même de voir ce "Legend" lorsque l'occasion se présentera, en espérant également qu'il me plaira... sinon, c'est toi qui aura affaire à moi, Kschoice ! Et je ne plaisante pas :-D<br /> <br /> P.S.: Désolée pour la longueur démesurée de mon commentaire... je n'ai pourtant pas l'habitude de m'étaler aussi longuement à travers un commentaire... mais quand un film me plaît, je le fais savoir... car quand on aime, on ne compte pas !!!... ;-)
K
Si si...je suis tout à fait de ton avis, mon petit lapinou :-)<br /> Et tout comme toi j'ai été charmé par la beauté de la princesse, la sympathie du dragon-chien, la candeur d'Atreyu, et attristé aussi par la mort de son fidèle destrier.<br /> J'ai toujours été fan d'Héroïc Fantasy aussi je ne pouvais pas ne pas aimer celui-ci, même si ce dernier se rapproche plus d'un conte pour petits et grands enfants qui refusent de grandir.<br /> Je confirme que les suites n'ont aucunement la saveur de l'originel, mais elles ne sont pas non plus des ratés complets.<br /> Pour ce qui est du livre, toi qui n'aime pas lire, prépare-toi à affronter un gros pavé de près de 700 pages en édition de poche. Mais excellent bouquin, beaucoup plus complet bien sûr que le film.<br /> Si tu aimes ce genre de film, je ne peux que te conseiller Legend de Ridley Scott, si ce n'est déjà fait bien sûr.<br /> Sur un sujet bien différent, tu y trouveras néanmoins un autre monde enchanteur, peuplé de Licornes, d'elfes...mais aussi du prince des ténèbres (aux maquillages absolument extraordinaires).<br /> Film des années 80 également, tu y trouveras l'un des tous premiers rôles de Tom Cruise en belle compagnie d'une sorte de princesse on ne peut plus charmante.<br /> Si tu ne l'as pas vu, je pense très sincèrement que tu devrais adorer ce film. La photographie y est sublime, ainsi que les décors.<br /> J'insiste...mais il faut que tu voies ce film...<br /> LEGEND de Ridley Scott ;-)<br /> C'est simple...je reviendrai te harceler tant que tu ne l'auras pas vu !!! :-D
A
Un petit chef d'oeuvre de poèsie pour les enfants et pourquoi pas leurs parents si ceux ci peuventquitter le monde réel pour retrouver celui de leur enfance. L'histoire assez conventionnelle au départ, emmène vite le spectateur dans un tourbillon de personnages plus fantastiques les uns que les autres et, avec dôlerie, humour et aussi émotion amène le spectateur dans ce monde coloré, féerique jusqu'à la fin. Si les effets spéciaux paraîssent démodés, le charme n'en est que plus intense et ils donnent une "âme" au film.<br /> La technique informatique fait des prouesses, mais manque souvent de charme.<br /> Un très joli film que beaucoup d'enfants d'aujourd'hui ,confrontés aux problèmes des grands devraient voir pour redevenir des enfants pendant une heure ou deux.