Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 09:50

Dans le Chicago des années 30, un agent fédéral forme une équipe de flics intègres pour mettre hors d'état de nuire l'organisation du gangster Al Capone.

Années 30, à Chicago. À l'apogée de sa puissance, Al Capone fait régner la terreur et la corruption sur la ville. Racket, contrebande d'alcool, prostitution, jeux; rien n'échappe à son contrôle. Eliot Ness, un jeune agent fédéral fraîchement débarqué dans la métropole de l'Illinois, s'est pourtant mis en tête de saper son empire. Mais sa première descente dans un entrepôt suspect est un fiasco, et il devient aussitôt la risée de ses collègues et de la presse. Pour Ness, il est à présent clair que bon nombre de policiers et de magistrats sont à la solde de Capone. Il décide alors de rassembler autour de lui une équipe d'agents incorruptibles, et recrute ainsi le chevronné Jim Malone, le jeune George Stone, tireur d'élite, ainsi qu'Oscar Wallace, pour ses compétences en matière de comptabilité...

Avis:

Nous avons tous, au moins une fois dans notre vie, entendu parler (à défaut d'avoir vu, pour les plus jeunes spectateurs... dont je fais moi-même partie !) de la célèbre série télévisée américaine LES INCORRUPTIBLES (avec Robert Stack dans le rôle principal), retraçant la lutte - véridique - de flics intègres contre l'organisation du gangster Al Capone, et qui fit les beaux jours du petit écran pendant quatre ans, de 1959 à 1963. En 1987, le réalisateur Brian De Palma - alors auréolé du fulgurant succès de SCARFACE, son film précédent - eut la brillante idée de tirer une adaptation cinématographique de cette série, qui était elle-même basée (rappelons-le) sur l'ouvrage biographique éponyme écrit en 1957 par Eliot Ness en personne (lequel mourut peu avant sa publication). Brillante idée, car son film - également (et logiquement !) intitulé LES INCORRUPTIBLES, THE UNTOUCHABLES pour la V.O. - allait vite devenir l'un des plus gros succès de l'année 87 et s'imposer, en même temps, comme une référence majeure du polar et un classique incontournable du cinéma des années 80 (période ô combien prolifique pour le 7e Art !). Vingt-trois ans plus tard, force est de constater que LES INCORRUPTIBLES n'a pas pris la moindre ride et aurait même plutôt tendance à faire partie de ces films dits intemporels, qui ne vieillissent pas mais au contraire, se bonifient encore et encore à mesure que le temps passe. Comme un bon vin, en somme (seule différence, c'est que ce vin-là peut se consommer sans modération !). Si le scénario est bien sûr toujours identique à celui de la série, Brian De Palma s'en éloigne toutefois nettement, conférant à ses INCORRUPTIBLES un ton très personnel, très enlevé, très rétro. Un ton qui se rapproche finalement beaucoup de celui d'un bon vieux film noir des années 30. Un ton qui se révèle aussi très violent, très spectaculaire, et donc très efficace. Explosive comme un bâton de dynamite, la mise en scène du cinéaste multiplie les morceaux de bravoure et les séquences d'anthologie (à l'image de cette inoubliable scène du landau, clin d'œil direct et virtuose au film LE CUIRASSÉ POTEMKINE), ménageant un suspense croissant et littéralement insoutenable; le tout dans une ambiance particulièrement sombre, teintée de nostalgie et d'amertume. Autre tour de force opéré par De Palma: il a su insufflé au récit un humour souvent bienvenu, et une touche subtile d'émotion (comment ne pas avoir la gorge nouée devant les morts de Wallace et, surtout, de Malone ?...). En outre, on ne peut que saluer le travail monumental qui a été effectué du côté des décors, absolument superbes et nous offrant une plongée plus vraie que nature dans le Chicago des années 30; ainsi que la musique du maestro Ennio Morricone, comme d'habitude magnifique, mêlant habilement action et gravité sur des notes propres au compositeur italien. Mais la réussite des INCORRUPTIBLES réside aussi dans son casting exceptionnel, Brian De Palma ayant réuni pour nous un fabuleux parterre d'acteurs, nous gratifiant ainsi d'une affiche de rêve. Un casting doré en premier lieu duquel se distingue Kevin Costner, charismatique Eliot Ness, que ce rôle devait alors propulser vers la gloire. Autour de lui brillent quatre autres comédiens, tous parfaits dans leurs rôles respectifs: Sean Connery (qui remporta l'Oscar du meilleur second rôle grâce à sa prestation, impériale et flegmatique à souhait), Andy Garcia (qui se fit remarquer trois ans plus tard en endossant le costume d'un truand, pour les besoins du PARRAIN 3), Charles Martin Smith et Robert De Niro, impressionnant Al Capone, qui se fit grossir de près de 12kg pour ressembler le plus possible au mythique truand... le moins que l'on puisse dire, c'est que la transformation est sidérante de réalisme !... L'excellence des seconds rôles ne fait qu'ajouter au plaisir.

Interprétation au sommet, rebondissements en cascade, réalisation magistrale, rythme soutenu, reconstitutions criantes de vérité, bande originale de légende: tous les ingrédients ont été réunis pour faire de ces INCORRUPTIBLES un must absolu du film policier moderne et une somptueuse saga à la gloire d'Eliot Ness et des siens; doublée d'une réflexion passionnante sur la corruption, la violence et la justice. Un bémol, cependant: dommage que dans la version française, Kevin Costner soit affublé d'une voix horrible, qui dénature complètement son jeu et gâche quelque peu le plaisir du spectateur. C'est d'autant plus frustrant et rageant que le doublage est, par ailleurs, de qualité...



Partager cet article
Repost0

commentaires

M
C'est un bon film de gangsters, bien interprété, à la fois drôle et excitant, un bon De Palma mais en dessous de Scarface, le chef d'œuvre du réalisateur<br /> Félicitations pour le blog qui est très bien écrit et intéressant !<br /> <br /> Ben
S
Très bon film d'actions. De grands acteurs, de bonnes prises de vues, du bon suspense, tout est réuni pour plaire. Dommage que, comme il est dit dans la critique que la doublure "vocale" de Costner soit complètement loupée. Bravo pour votre blog.....
I
Film excellent sur tous les points. De Palma a vraiment bien été inspiré le jour où il a voulu le réaliser et il a bien chosi tous ceux qui devaient y participer (acteurs, directeur artistique, chef costumer et surtout le directeur de la photographie à qui on doit des scènes superbes!)
D
Du grand De Palma et comme tu l'as si bien dit une interprétation au sommet et celui qui m'a le plus convaincu ce n'est ni Costner ni De niro mais Andy Garcia que je trouve absolument génial dedans. Dommage pour lui que comme Kevin Costner sa carrière a été au final plutôt décevante par la suite ...