Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 10:46

ATTENTION, RISQUE DE SPOILERS !

DUEL

Film américain

Date de sortie: 21 mars 1973  Date de reprise: 28 janvier 2009

Genre: Thriller  Durée: 1h25  Tous publics

Conseil personnel: Pour adolescents et adultes.

Disponible en DVD et VHS - Couleur

Site officiel

Sur une route quasi désertique de Californie, David Mann, représentant de commerce sans histoire, est pris en chasse par un mystérieux poids-lourd alors qu'il se rendait à un important rendez-vous. Si David ne prête d'abord guère d'attention à ce << traqueur >> obsessionnel, il va cependant très vite comprendre que sa vie ne tient plus qu'à un fil...

  

LA CHRONIQUE DE KLEINHASE:

Imaginez: vous êtes au volant de votre voiture et conduisez tranquillement sur une route peu fréquentée et parsemée de magnifiques paysages désertiques, lorsque vous vous retrouvez derrière un impressionnant camion-citerne américain (qui n'a pas non plus l'air très pressé, vu la vitesse à laquelle il circule...), que vous ne tardez pas à doubler... jusqu'ici rien d'anormal ou d'extraordinaire.

Mais à peine une poignée de secondes plus tard, en jetant un furtif coup d'œil à votre rétroviseur, vous constatez avec stupeur que ce camion fonce droit sur vous avec colère et vous double à son tour... pour rouler aussi lentement qu'auparavant !...

Impatient et têtu que vous êtes, vous décidez donc de le doubler une nouvelle fois... ce qui ne semble alors être qu'un petit jeu ridicule et sans importance tourne rapidement au cauchemar lorsque vous vous apercevez que le chauffeur de ce poids-lourd (dont vous ne voyez jamais la trogne...) prend visiblement un plaisir malin et sadique à essayer de vous assassiner, en tentant - par exemple - de pousser votre voiture sur une voie ferrée alors qu'un train est justement en marche...

Ce scénario à première vue improbable, c'est pourtant celui de Duel (1971). Premier long-métrage réalisé par Steven Spielberg (inconnu à l'époque), Duel fut à l'origine uniquement destiné au petit écran, avant de se voir ensuite honoré d'une sortie en salles, sa diffusion télévisée ayant été un véritable succès.

Il est d'ailleurs bien dommage de voir qu'aujourd'hui, cette œuvre est un peu oubliée lorsque l'on demande au public de faire un classement des meilleurs films de Spielberg. Car même si ce n'est que son premier passage derrière la caméra, Duel figure à mes yeux comme l'un des sommets du cinéaste. Un coup d'essai transformé en coup de maître. À la manière d'Hitchcock, Spielberg fait naître le suspense en ne montrant presque rien, mais en suggérant beaucoup. La mécanique de son art repose sur une réalisation banale et sobre, qui joue avec nos nerfs en mettant en scène un automobiliste face auquel nous n'avons aucun mal à nous identifier et à nous reconnaître.

Point de héros, ni de méchant. David Mann, l'automobiliste traqué (subtilement interprété par Dennis Weaver), n'a absolument rien d'un Superman. Il est père, est marié et entretient d'ailleurs une relation assez complexe avec son épouse, qui le mène un peu à la baguette.

Lorsqu'il croise sur son chemin cet énigmatique << chauffeur chauffard >>, son existence paisible se retrouve totalement bouleversée en l'espace de seulement quelques heures. Ne pouvant compter que sur lui-même, David devra apprendre à agir en homme tout au long de cette poursuite infernale et de cette lutte à mort. Une épreuve dont il sortira métamorphosé et grandi. Bref, sous ses allures de huit-clos routier, Duel se révèle également être un road-movie initiatique sur le rapport que l'homme a avec la machine (ici, la machine est une voiture).

On trouve également dans Duel une petite touche de western-spaghetti, Spielberg multipliant les gros plans sur les yeux terrifiés de Dennis Weaver, et le tout se déroulant dans des paysages désertiques, nous rappelant ainsi les décors enchanteurs utilisés dans les westerns italiens (ceux de Leone, notamment).

La musique, bien qu'elle ne soit pas encore signée John Williams (le complice habituel de Spielberg), est néanmoins tout à fait honorable et distille une tension permanente, qui atteint son paroxysme lors de la course-poursuite finale, véritable moment d'anthologie et de bravoure.

  

EN GUISE DE CONCLUSION:

Trois ans plus tard, en 1975, Steven Spielberg terrorisera à nouveau les foules avec un autre long-métrage à suspense se situant cette fois-ci dans le milieu aquatique et qui rencontrera un triomphe planétaire... je veux bien entendu parler des << Dents de la mer >>, monument incontournable du 7e Art. Si bon nombre de gens considèrent << Les dents de la mer >> comme l'un des plus grands thrillers jamais réalisés, Duel - à mon humble avis ! - le surpasse largement en terme d'angoisse et de sueurs froides; du fait que primo, on ne sait pas pourquoi le chauffeur du camion cherche à tuer l'automobiliste, et deuxio, on ne voit jamais son visage (même pas à la fin); ce qui ne fait qu'accentuer encore davantage ce climat oppressant qui règne pendant les 85 minutes que dure Duel. Attachez vos ceintures !

K.H.

Nominations et récompenses obtenues, le détail complet > ICI

/>


Partager cet article
Repost0

commentaires

G
Tout l'art de réaliser un film exceptionnel avec un sujet tout simple est réuni dans cette oeuvre. Personnellement j'ai été captivé de bout en bout par cette aventure démarrant dans l'insouciance et qui s'enfonce progressivement dans l'angoisse et le cauchemar. Captivant !!! Amitiés
B
Premier coup de maître de Steven Spielberg, "Duel"annonçait les prémice de ce qu'allait être "Les Dents de la mer". *<br /> <br /> "Duel" est un film angoissant, plein de suspense qui mérite d'être vu et revu. Un film dont on ne parle pas assez souvent et qui pourtant pose les bases de ce qu'allait être le cinéma de Spielberg.
F
Le prédateur et sa proie, c'est ce que l'on pourrait aussi penser en voyant ce film tès original de Spielberg. Avec des prises de vue extraordinaire dignes d'un documentaire animalier tourné dans la plaine du Serengeti, SS filme ce camion presque couleur fauve comme un lion poursuivant sa proie. Les gros plans de la cabine, des roues, comme la tête et les muscles du fauve, des bruits du moteur du klaxon comme des rugissements, sont géniaux... Ce film dépasse de loin son suivant. Le suspense est à son comble et tient en haleine jusqu'au dernier instant.