Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 août 2011 7 14 /08 /août /2011 20:41

CARS 2

Flash McQueen, la star des circuits automobiles, et son fidèle compagnon Martin la dépanneuse reprennent la route pour de nouvelles aventures. Les voilà partis pour courir le tout premier Grand Prix Mondial, qui sacrera la voiture la plus rapide du monde ! Mais la route du championnat est pleine d'imprévus, de déviations et de surprises hilarantes, surtout lorsque Martin se retrouve malgré lui entraîné dans une histoire comme il n'en arrive qu'à lui: une affaire d'espionnage international ! Écartelé entre son désir d'assister Flash dans cette course particulièrement difficile et celui de mener à bien une mission d'espionnage top secrète, Martin se lance dans un voyage bourré d'action et une course-poursuite explosive sur les routes du Japon et de l'Europe, suivi par ses amis et regardé par le monde entier. Sur la route, Flash et Martin vont vivre mille rebondissements et rencontrer de nouveaux personnages: agents secrets, redoutables méchants et adversaires décidés sur les circuits automobiles...

 

MON AVIS (vu en 3D relief)

Autant le dire tout de suite: si il est bien la suite de CARS, sorti en 2006, CARS 2 (toujours dirigé par John Lasseter mais co-réalisé par Brad Lewis) est néanmoins très différent du premier opus. Alors que le film original avait pour personnage principal Flash McQueen, bolide arrogant et sûr de lui, obsédé par le fait de gagner les courses automobiles mais qui reverra peu à peu ses priorités au contact des habitants de Radiator Springs, bled paumé dans lequel il aura malgré lui échoué suite à un incident de la route; CARS 2, lui, met en avant Martin, la dépanneuse gaffeuse avec laquelle Flash s'était lié d'amitié dans le premier épisode. Autre différence majeure: là où CARS prêchait la lenteur et l'importance de savoir prendre son temps dans un monde où tout va toujours de plus en plus vite, CARS 2, au contraire, joue à fond la carte de la rapidité; avec une intrigue qui va à 100 à l'heure du début à la fin, entraînant les personnages - et les spectateurs ! - dans une rocambolesque histoire d'espionnage, digne des meilleurs JAMES BOND (!). Les clins d'œil affluent, de l'agent 007 à MISSION: IMPOSSIBLE, les références sont aussi nombreuses que savoureuses (à ce titre d'ailleurs, l'impressionnante scène d'ouverture en est un parfait exemple). L'intrigue, si elle est sans réelle surprise, maintient habilement le suspense et offre, une fois encore, une jolie réflexion sur l'amitié; tout en délivrant une morale écologique qui, au risque d'agacer certains, demeure cependant plus que jamais d'actualité.

La réalisation fait, quant à elle, preuve d'un rythme trépidant, enchaînant les courses-poursuites et les scènes d'action à une cadence infernale sans laisser le moindre répit aux personnages et aux spectateurs, lesquels regretteront alors peut-être le rythme beaucoup plus calme - il faut bien le dire !... - du premier opus. Côté animation, si la 3D demeure assez anecdotique dans l'ensemble, elle apporte néanmoins une belle profondeur de champ aux décors et aux dessins; ces derniers étant toujours aussi magnifiques et aussi sidérants de réalisme. L'ensemble est en outre porté par une bande originale certes un peu répétitive par moments mais toutefois agréable à l'oreille, et par un doublage français (Guillaume Canet, Cécile de France, Gilles Lellouche, Mélanie Doutey, Lambert Wilson...) de qualité. Ajoutons enfin que le court-métrage VACANCES À HAWAÏ (qui, comme le veut la tradition pixarienne, précède le film) est particulièrement savoureux dans la mesure où il nous permet de retrouver, avec un plaisir non dissimulé, une partie des différents personnages du dernier film Pixar, à savoir TOY STORY 3.

Bref, sans avoir l'ingéniosité ou la maturité d'autres films du studio à la lampe (on a connu Pixar plus inspiré...), CARS 2 reste tout de même un divertissement de haute envergure; qui devrait sans problème séduire petits (attention toutefois pour les plus jeunes, qui auront peut-être un peu plus de mal à suivre et à comprendre toute l'intrigue, laquelle se révèlera sans doute un chouilla trop complexe pour eux... drôle de paradoxe pour un film qui se destine en priorité à un jeune public !), grands et autres amoureux du volant et des belles bagnoles. Vroum !...



Partager cet article
Repost0

commentaires