Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 octobre 2010 6 23 /10 /octobre /2010 15:44

Désormais infiltré parmi les hommes, Maltazard le Maudit entend former une armée de séides (le nom de ses sbires) géants pour dominer la Terre. C'est sans compter sur Arthur - qui va devoir retrouver sa taille humaine pour faire des étincelles -, Sélénia et Bétamèche. Quand Maltazard attaque, les Minimoys contre-attaquent !...

Maltazard, qui mesure à présent plus de deux mètres, a réussi à se hisser parmi les hommes. Son but est clair: former une armée de séides géants pour imposer son règne à l'univers. Seul Arthur semble en mesure de pouvoir le contrer... à condition qu'il parvienne à rentrer chez lui et à regagner sa chambre, afin de reprendre sa taille habituelle, ceci grâce à l'élixir magique de son grand-père Archibald ! Bloqué à l'état de Minimoy, Arthur peut évidemment compter sur l'aide précieuse de Sélénia et de son petit frère, Bétamèche, mais aussi - surprise ! - sur le soutien de Darkos, le propre fils de Maltazard, qui semble vouloir changer de camp. À pied, en vélo, en voiture et en Harley Davidson, la petite troupe est prête à tout pour mener le combat final contre Maltazard. Allumez le feu !...

Avis:

Ayant manqué le début (j'ai dû rater environ une bonne demi-heure, peut-être moins, peut-être plus, je ne saurai trop dire au juste !...) du premier film ARTHUR ET LES MINIMOYS (2006), lors de sa première diffusion télévisée sur TF1, il y a près d'un an (si j'ai raté le début, c'est tout simplement pour la bonne raison que ce film ne m'attirait pas, aussi n'en ai-je vu que la moitié et ai aussitôt regretté de ne pas l'avoir regardé dans son entier... car, à ma grande surprise, le peu que j'en ai vu m'a plu !... Drôle de paradoxe chez moi, les films qui ne m'attirent pas sont ceux qui, curieusement, me plaisent... ou qui, du moins, ont des chances de me plaire !...); et n'ayant pas du tout vu le second (bah oui, j'avais raté le début du premier, alors pourquoi serai-je allée voir le deuxième, je vous le demande !... Même si ce ne sont pas l'envie et la curiosité qui me manquaient, néanmoins !...) épisode ARTHUR ET LA VENGEANCE DE MALTAZARD (qui, d'après les critiques, n'est pas terrible, comparé au premier... je ne me permettrai pas de juger, puisque je ne l'ai pas vu, tout du moins pas encore !...), sorti en salles en décembre 2009; je n'avais donc - à priori - aucune raison d'aller voir le troisième et dernier opus, ARTHUR 3 LA GUERRE DES DEUX MONDES, à l'affiche depuis quelques jours. Aucune raison, si ce n'est qu'entre-temps (en février dernier, pour être exacte !), la curiosité m'a poussée à lire l'intégralité de la saga. Et oui, parce qu'il ne faut pas oublier que, ARTHUR ET LES MINIMOYS, avant de devenir une saga cinématographique à succès, c'est d'abord une saga littéraire à succès, née de l'imagination de Luc Besson (lequel a également signé la réalisation des trois films... logique !), et découpée en quatre tomes, le premier et le deuxième tome ayant été condensés dans le premier film, le troisième tome dans le second film et le quatrième tome dans le troisième film... ça va, vous me suivez ?... Donc, disai-je (!), j'ai lu l'intégralité de cette saga, et ceci avec un plaisir sans pareil, qui m'a immédiatement fait retomber en enfance. Et c'est ainsi, en ayant encore en mémoire le souvenir de cette lecture si agréable et si rafraîchissante, que je me suis finalement décidée - après moult hésitation ! - à aller voir, sur grand écran, ce chapitre final, ARTHUR 3 LA GUERRE DES DEUX MONDES, inspiré du livre éponyme. Tout d'abord, la première chose qui saute tout de suite aux yeux en découvrant ce long-métrage, c'est qu'il fait preuve d'une très grande fidélité scénaristique, le gros du bouquin et de son intrigue ayant été respectés à la lettre, jusque dans les moindres dialogues; et ce malgré le fait que quelques détails aient été éludés (normal, c'est impossible de mettre tout un livre dans un film de 90 minutes !). Bref, niveau scénario, rien à redire, l'adaptation - d'un point de vue global - est plus que fidèle au livre (peut-être même trop fidèle, certaines séquences supportant plus ou moins bien la transposition sur un grand écran... je pense notamment à ce gag de la fourmi géante, hilarant dans le bouquin, mais beaucoup moins amusant dans le film... les plus jeunes spectateurs ne devraient toutefois avoir aucun mal à se prendre au jeu, tant les trucages sont, par ailleurs, remarquablement bien faits). Débordante d'énergie et d'efficacité, la mise en scène multiplie les morceaux de bravoure (parmi les scènes les plus impressionnantes, on retiendra notamment en mémoire cette incroyable course-poursuite/bagarre dans le train électrique, ainsi que l'attaque des moustiques géants sur la ville) et enchaîne les rebondissements sans laisser le moindre répit aux héros (et au spectateur !), à tel point qu'on a parfois l'impression que les séquences se succèdent sans qu'il y ait de véritable fil conducteur. Par ailleurs, la mise en scène alterne habilement animation et prises de vues réelles, avec un réalisme pour le moins frappant. En parlant de l'animation justement, il faut reconnaître qu'elle est une vraie mine d'or pour les yeux du spectateur, alliant à la fois perfection technique, sens inné du détail et, par dessus tout, magnificence visuelle (ah, cette scène de la ruche... rien que pour cette scène, ARTHUR 3 vaut d'être vu sur grand écran !...). Le doublage - pour ce qui est de l'animation - est en outre de qualité, entre Mylène Farmer pour la voix de la princesse Sélénia (une voix qui colle parfaitement à ce personnage, même si on peut parfois reprocher à Farmer de réciter un peu son texte...), Gérard Darmon pour Maltazard ou encore Marc Lavoine pour Darkos (meilleure voix, avec ses zozotements plutôt touchants). L'interprétation s'avère assez convaincante dans l'ensemble, même si, là encore, on peut parfois reprocher un certain manque de naturel dans le jeu de quelques acteurs (la faute aussi à un doublage très inégal, il faut bien le dire...). Heureusement, Freddie Highmore, qui prête pour la troisième fois consécutive ses traits au personnage d'Arthur, tire brillamment son épingle du jeu. La musique d'Eric Serra, quant à elle, ne manque pas de peps et encore moins de rythme.

Si quelques maladresses et faiblesses perdurent ici et là, et si on peut regretter une fin un peu trop rapide (pour ne pas dire brusque); ARTHUR 3 n'en reste pas moins, malgré tout, un divertissement honorable et attachant, qui se déguste avec un réel plaisir. À noter d'ailleurs que si ce troisième opus marque la fin (?) sur grand écran des aventures d'Arthur et ses comparses, le jeune héros devrait toutefois avoir encore de beaux jours devant lui, le récit de ses exploits faisant bientôt l'objet d'une adaptation en dessin animé, destinée à la télévision... à voir (en principe) en 2012, sur France 3. En attendant, cette GUERRE DES DEUX MONDES devrait aisément faire le bonheur des petits... et des grands enfants (!). Quant aux anti-Arthur et autres anti-Besson, qu'ils passent leur chemin, au lieu de s'évertuer stupidement et inutilement à cracher sur un film avant même de l'avoir vu...



Partager cet article
Repost0

commentaires

P
Probablement l'épisode le plus abouti des trois. Le plus dynamique aussi. Mais pour autant, j'ai pas trop accroché pour ma part à cette saga, que j'ai trouvé un peu trop naive. De plus, j'y ai trouvé comme un manque de fraicheur... L'impression d'avoir déjà vu la même chose ailleurs, mais en mieux...<br /> Disons que je préfère "Chérie j'ai rétrecie les gosses", madelein de Proust de mon enfance;)