Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 septembre 2010 6 18 /09 /septembre /2010 11:38

Le récit de la folle escapade d'un adolescent perturbé et fugueur, devenu un arnaqueur de haut vol.

Dans les années 1960, le jeune Frank Abagnale Jr. est passé maître dans l'art de l'escroquerie, allant jusqu'à détourner 2,5 millions de dollars et à figurer sur les listes du FBI comme l'un des dix individus les plus recherchés des États-Unis. Véritable caméléon, Frank revêt des identités aussi diverses que celles de pilote de ligne, de médecin, d'avocat, ou encore de professeur d'université. Carl Hanratty, agent du FBI à l'apparence stricte, fait de la traque de Frank Abagnale Jr. sa mission prioritaire, mais celui-ci demeurera longtemps insaisissable. Pour comprendre comment ce champion de l'escroquerie en est arrivé là, un petit retour en arrière s'impose. Frank a à peine 17 ans quand sa mère décide de divorcer de son père, harcelé par le fisc après une vague histoire de mystérieuses magouilles. Contraint de choisir avec lequel de ses parents il aimerait rester, l'adolescent volage préfère s'enfuir de chez lui. Après une longue et interminable succession de galères, Frank, grâce à d'astucieuses et multiples combines, se fait peu à peu passer pour ce qu'il n'est pas, commençant par s'inventer une carrière de pilote de ligne. Ce n'est que le début d'une vie mouvementée et hors du commun, faite de petits mensonges et de grandes illusions...

Avis:

Les histoires les plus captivantes sont souvent les plus incroyables. Et c'est encore plus vrai si il s'avère que ces histoires parfaitement incroyables sont néanmoins parfaitement authentiques. C'est ainsi que je résumerai ARRÊTE-MOI SI TU PEUX (CATCH ME IF YOU CAN, pour le titre original), film qui permet une nouvelle fois à Steven Spielberg de prouver - si il en est besoin ! - qu'il est un réalisateur touche à tout, s'essayant avec brio (et souvent succès) à tous les genres cinématographiques existants. Avec ARRÊTE-MOI SI TU PEUX, le papa des DENTS DE LA MER et de E.T. L'EXTRATERRESTRE délaisse momentanément le cinéma fantastique qui lui tient tant à cœur pour se concentrer sur un registre plutôt inhabituel dans son œuvre: la comédie. Réalisé en 2002, sorti en France en 2003, ARRÊTE-MOI SI TU PEUX est un subtil mélange de comédie policière et de comédie dramatique, teinté d'une discrète note biographique. Le scénario, inspiré de faits réels survenus aux États-Unis au cours des années 60, narre l'histoire parfaitement incroyable mais néanmoins parfaitement authentique (!) de Frank Abagnale Jr. (qui a d'ailleurs été conseiller sur ce film, en fait adapté de son livre éponyme), un adolescent fugueur devenu en à peine quelques années le roi de l'arnaque et l'homme le plus recherché des USA. À partir donc de ce fait divers véridique ahurissant (quelque peu édulcoré et romancé pour les besoins du film), véritable chassé-croisé, Spielberg nous tient en haleine à travers un captivant jeu du chat et de la souris, plein d'humour et de rebondissements; signant ici un divertissement euphorisant et pétillant, mais non dénué d'amertume et d'émotion, qui lui donne à nouveau l'occasion d'explorer des thèmes qui lui sont chers (l'enfance, la famille, le besoin d'ami...), et se révèle ainsi en même temps être l'un de ses films les plus personnels. Côté casting, le cinéaste a naturellement fait appel aux meilleurs, filmant la première rencontre - explosive ! - à l'écran de deux acteurs de chic et de choc: Leonardo DiCaprio (dont je ne suis habituellement pas fan, mais qui là, m'a littéralement bluffée !), plus charmeur que jamais sous les traits d'un imposteur sympathique et malicieux; et Tom Hanks (pour qui j'ai une certaine admiration, malgré le fait que je ne connaisse pas encore l'ensemble de sa filmographie), toujours égal à lui-même dans la peau d'un agent du FBI plutôt austère et pas franchement rigolo rigolo, mais qui au final, inspire également la sympathie et la bonhomie. Dans les seconds rôles, on retrouvera avec bonheur quelques pointures de renom, comme Christopher Walken et Nathalie Baye (pour ne citer qu'eux), qui forment un bien joli couple. Niveau décors et ambiance, la reconstitution des années sixties est particulièrement réussie et confère à ce film un petit côté rétro des plus savoureux. Quant à la musique - légère et délicieusement jazzy - de John Williams (complice inséparable de Spielberg), elle fait, une fois encore, merveille. À noter enfin le superbe générique de début, qui plonge immédiatement le spectateur en plein cœur du sujet grâce à des dessins évocateurs et un montage judicieux.

Si le rythme faiblit un tout petit peu par endroits, si quelques détails auraient sans doute gagnés à être davantage approfondis, et si l'on peut reprocher au scénario de prendre certaines libertés avec l'histoire originale (ce qui ne gâche toutefois rien !...); ARRÊTE-MOI SI TU PEUX n'en reste pas moins un long-métrage attachant et agréable, qui, pour sa mise en scène enlevée, son interprétation croustillante, et, surtout, son intrigue phénoménale, n'a pas volé ses quatre étoiles. Peut-être pas forcément un chef-d'œuvre, mais assurément un divertissement familial de haute volée, à côté duquel il serait fort dommage de passer, d'autant que tous les ingrédients ont été réunis pour nous faire vivre un excellent moment de suspense et de détente; qui plus est, en aussi charmante compagnie. Alors, pourquoi bouder son plaisir ?...

En photo à gauche: Leonardo DiCaprio et le "vrai" Frank Abagnale Jr.  ¤  En photo à droite: Leonardo DiCaprio, le réalisateur Steven Spielberg et Tom Hanks.



Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Le souvenir de film complètement décontracté et libre, donc très agréable comme divertissement. Puis ce duel de meilleurs ennemis entre Hanks et Di Caprio est fabuleux.
S
Tirée d'une histoire vraie et totalement abracadabrantesque, ce film est un vrai régal à regarder. Les deux principaux personnages sont sympathiques et attachants. D'ailleurs, entre le policier et l'arnaqueur, on a du mal à prendre parti pour l'un ou pour l'autre! C'est la magie du cinéma de pouvoir romancer une histoire qui en réalité n'était peut-être pas tout à fait comme elle est présentée. Un grand réalisateur avec deux grands acteurs ne pouvait que donner cet excellent film à découvrir pour ceux qui ne l'ont pas vu.